Actualités


Communiqué  | France Théoret : finaliste aux Prix littéraires du Gouverneur général 2018

Campagne de souscription 2017-2018

Depuis 1971, les mots des poètes publiés par Les Écrits des Forges résonnent de par le monde. En Amérique latine ou en Europe, nous portons les échos des auteurs d'ici afin qu'ils laissent une empreinte profonde dans la poésie mondiale.

Vous pouvez jouer un rôle dans cette entreprise de diffusion et de promotion qui est la nôtre, en encourageant, ce qui se fait de mieux dans la poésie québécoise contemporaine.

En quoi consiste la campagne de souscription?

Il existe deux façons d'appuyer la mission des Écrits des Forges et aucune ne laisse ses donateurs les mains vides.

  • Pour une contribution de 200 $, obtenez 12 titres de votre choix parmi ceux du catalogue des Écrits des Forges.
  • Donnez 500 $ et nous vous enverrons 30 des livres de poésie publiés chez nous.
  • Pour chaque contribution, un reçu d'impôt provincial vous sera acheminé.

Comment participer?

Rien de plus facile :

Rendez-vous sur la page Facebook des Écrits des Forges et cliquez sur «Faire un don» ou sur notre site Web (ecritsdesforges.com), sous la rubrique «Contact» et sélectionnez le bouton «Souscription».

Joignez-vous aux Écrits des Forges et aidez-nous à partager l'amour de la poésie québécoise et à faire rayonner nos auteurs aux quatre coins du monde

Prix Lèvres urbaines 2017

Le Prix de poésie Lèvres urbaines a comme but de reconnaître et de souligner l’excellence et la détermination d’une personne engagée dans le domaine de la poésie et de son rayonnement. L’objectif est de distinguer un poète, un critique, un chercheur ou un organisateur d’événements culturels, investi dans le pari de la poésie et qui, par son implication, contribue de façon exemplaire à sa diffusion dans l’ensemble social.

Ouvert au national et à l’international, le prix est remis annuellement. Nous remercions notre principal partenaire, la Société Saint-Jean-Baptiste de la Mauricie pour la bourse qu’elle fournit au récipiendaire. Marco Antonio Campos (Mexique), Isabelle Courteau (Québec) et Sylvestre Clancier (France) en ont été les premiers lauréats.

Le jury du Prix Lèvres urbaines, formé de Claude Beausoleil, directeur de la revue et de Bernard Pozier, directeur littéraire des Écrits des Forges, annonce que le Prix de poésie Lèvres urbaines 2017 est décerné à David Goudreault.

Poète, slameur, romancier, animateur d’ateliers de création, travailleur social, il a été le premier Québécois à remporter la Coupe du Monde de slam à Paris en juin 2011. Son récent recueil Testament de naissance (Écrits des Forges, 2016) est un hymne à la vie. S’adressant à son enfant, il lui déclare, sur un ton de promesse :

 

« Tu ne seras jamais seule

Avec un livre à portée de main

Tu tiendras un peu la mienne »

 

Et c’est cette générosité, cette ouverture à l’autre qui caractérisent le travail poétique de David Goudreault. Venue du slam et de l’oralité, sa poésie rappelle, et nous en avons bien besoin en cette sombre époque, que « le cœur est la meilleure raison ». Par ce Prix Lèvres urbaines, nous souhaitons témoigner à David Goudreault notre appréciation de ses talents de communicateur et de poète. La poésie avec lui est une exceptionnelle et dynamique leçon d’apprentissage.

Merci à David Goudreault de partager avec enthousiasme son amour des mots et des sons célébrant l’humain sous toutes ses formes.

Le Prix Lèvres urbaines 2017 sera remis officiellement à David Goudreault, à la Librairie Poirier de Trois-Rivières, lors d'un 5 à 7 le 23 octobre 2017.

Estuaire

Le recueil Roucouler comme des raisins sauvages de Marie-Ève Comtois fait l'objet d'une critique très favorable dans le n°167 de la revue Estuaire. Nous pouvons lire à propos de la poète : « Comtois pourrait bien être une des poètes phares de notre époque ».

 

 

Lettres québécoises

Bernard Pozier, directeur littéraire des Écrits des Forges, est en vedette du plus récent numéro de la revue Lettres québécoises. Ce riche dossier comprend un autoportrait, un entretien mené par Marcel Olscamp et un survol commenté par Pierre Chatillon de l'oeuvre poétique de Pozier.