Description de l'œuvre

 

Lettres à l’assassin est le quatrième recueil de poésie de Cristina Montescu à paraître aux Écrits des Forges.

Bien plus qu’un cri de douleur, Lettres à l’assassin se situe au-delà de la plainte, dans un espace de survivance et d’espoir, où la vie seule se joue contre les atteintes du mal :

       je suis chaque jour le chemin de l’espoir
       et j’aimerais rire plus souvent
       les papillons dans ma bouche
       sont encore derrière les barreaux
       mais je leur ai promis de mieux vieillir

Face à la destruction, Cristina Montescu nous montre, à visage découvert, la force d’un désir plus grand que la perte. La trahison, dans ses aspects les plus extrêmes de haine et d’abandon, crée le ressort nécessaire pour ne pas mourir  (« je ne suis qu’un orage animal/ n’ayant pas la force de tomber »); puis donne la possibilité de reprendre souffle peu à peu et de voir que la lumière vient elle aussi « sautiller sur mes joues pluvieuses ».

Poésie de survivance, ces Lettres à l’assassin visent à régler ses comptes à la folie meurtrière une fois pour toutes :

       prière
       de vous répéter
       tous les 13 août
       au-dessus desquels
       votre vie flottera
       vous n’avez pas asséché
       une fontaine
       vous l’avez remplie
       de jeunes rêves