Description de l'œuvre

Après avoir présenté un recueil de poésie intitulé À domicile en 2014, dans lequel il nous faisait visiter les pièces d'une maison plus ou moins inventée, Donald Alarie, cette fois, devient Arpenteur du quotidien. Il propose ici d’adopter le regard d’un passant qui, « malgré tout ce qui surgit  autour de lui  de manière brutale », ne porte pas de jugement sur les événements auxquels il assiste :

             

Le passant parvient à feindre l’indifférence de façon héroïque,

comme s’il observait la vie du haut d’un mirador invisible.

 

Rester neutre n’exclut pas de témoigner : le passant de l’Arpenteur du quotidien assiste au déroulement de petites scènes d’un théâtre aux échos multiples, parfois brutaux et souvent sans fin, à l’image d’un monde qui semble de plus en plus difficile à saisir. Que faire?

 

Ne reste qu’à trouver refuge dans la caverne du poème,

Loin des tergiversations infinies et des sons malsains.

Nourri par l’éco des mots.

 

Avec Arpenteur du quotidien, Donald Alarie poursuit une œuvre discrète et intime sur la vie qui passe tout alentour de l’être, lentement, mais si pleine de détails à la fois essentiels et vains.