Description de l'œuvre

Profondément humaniste, la vision poétique de Mario Pelletier donne sens à une quête d’identité de soi en l’associant à l’ouverture à l’autre et en inscrivant son caractère inéluctable devant les désillusions du temps qui passe :

 

Il faut faire la nuit en soi

pour ouï-dire l’écho des grands fonds

les couches tectoniques du réel glissant

vers une vie plus vaste que le cosmos  

 

Le souffle de l’apocalypse ouvre des voies d’introspection, personnelle et collective, qui redonne une  place à l’imagination et à une sorte d’idéalisme qui sont inscrits, déjà, à la racine même de tous les revers :

 

J'ai rêvé d'elle    la folle

relevant les morts du cimetière

ouvrant des clairières dans les espaces éteints

creusant des sillages dans les eaux figées

ramenant les astres à contre-courant d'apocalypse