Description de l'œuvre

Fascinée par le thème de la Mort, la poésie mexicaine du XXe siècle affirme son appartenance au territoire nord-américain dans un dialogue opposant les forces de la nature et de la ville, du présent et du passé. Elle s’écrit dans des chants angoissés, des visions lucides, des rires stridents, mais l’amour et le cœur s’y déploient tissant un lien entre le réel et les fantasmes, parfois dans un large lyrisme plongeant le poème dans une vision englobante du monde, parfois dans des formules cinglantes dont l’effet critique rend compte de tensions toujours présentes dans cette culture multiforme. Histoire, douleur et espoir sont les moteurs du poème initiant des formes pour contenir le chaos.

L’anthologie La poésie mexicaine propose, dans un panorama de plus de 60 poètes, une traversée de cette poésie actuelle, sensible aux impressions d’une époque qu’elle assume avec originalité. En toute modernité, Le Mexique nous y livre quelques-uns de ses secrets.

Claude Beausoleil, poète et critique, est né à Montréal en 1948. Directeur de la revue Lèvres urbaines, il a publié de nombreux ouvrages dont Extase et Déchirure (1987), essai dans lequel il consacre un chapitre à l’Esthétique de la Mort dans les cultures du Mexique.


Soleil assoiffé

« Parce que tout est fuite
toujours je me dérobe dans le silence.

Tu ouvres les yeux et je m’enfuis
de l’autre côté de moi-même ;
tu fermes les yeux
et me dénudes.

Je te poursuis avec amour
moi,
celle qui reste à côté de la lumière. »

Frida Rodriguez Gandara