Description de l'œuvre

Ataraxie de Renaud Longchamps clôt le cycle de Décimations, cycle dans lequel l'auteur essaie de répondre aux trois questions fondamentales de l'humanité, à savoir :


- D'où venons-nous ? (Décimation 1: La fin des mammifères)

- Qui sommes-nous ? (Décimation 2: L'humanité véloce)

- Où allons-nous ? (Décimations 3: Ataraxie)

Ataraxie signifie « tranquilité de l'âme, état d'une âme que rien ne trouble ». L'ataraxie serait l'idéal du sage. Ce principe du bonheur, selon les épicuriens et les stoïciens, peut-il guider l'Humanité en cette fin de siècle qui a vu le mal et le malheur sous toutes ses formes ? Retrouverons-nous cette innocence qui prépare le berceau des nouvelle civilisations ?

Partout la vision anthropocentrique de l'homme est battue en brèches. Et l'humanité vit un cruel paradoxe : de plus en plus, l'homme sent qu'il n'est pas seul dans l'univers; et pourtant, il ressent plus que jamais le poids de sa solitude face « à ce ciel d'où redescend toujours l'usure ».


Né de l’étoile

« Je suis né de l’étoile
et j’y retournerai

Mais avant
je partagerai la lumière de mon corps
avec l’humanité véloce

Mais avant
l’énergie de la pensée
et du cœur
suffira
peut-être
à contrer à la fois
le flou et le froid

Bientôt je serai ailleurs

Je serai le veilleur

Et le rêve du veilleur
empêchera
l’univers de glisser
lentement
dans le sommeil insignifiant du prédateur

Mais avant le retour à l’étoile
je dormirai
par terre
dans la vie entière
tout contre le corps complet
de la femme inachevée

Des mots d’échangeront dans la nuit

La femme sera la nouvelle usure »