Description de l'œuvre

de

Noureddine Aba
Salima Aït Mohamed
Myriam Ben
Aïcha Bouabaci
Nabile Farès
Abdelmadjid Kaouah
Zineb Labidi
Zineb Laouedj
Georgette Mecili
Arezki Metref
Chabane Ouahioune

Onze écrivains algériens témoignent, femmes et hommes pour qui le langage est le dernier rempart de l’intelligence contre la violence, la haine, l’obscurantisme.

Chaque mot a le poids de la vie, sur la balance aléatoire des existences suspendues dans un temps incertain. Chaque poème, chaque texte est espoir têtu, courage fort, volonté inébranlable de revenir à la démocratie, à la tolérance, à l’humanisme. À la liberté.

Exilés ou non, ils ont les mêmes racines qui pleurent dans une terre gorgée du sang de l’innocence et de l’absurde. Ils ont le même amour pour un pays à renaître des cendres du feu d’une nouvelle inquisition. Ils ont les mêmes rêves, qui furent aussi les nôtres en d’autres temps.

Écrits et cris. Qui nous ramènent à l’essence des civilisations : la vigilance. Onze écrivains algériens, femmes et hommes d’écriture, qui sont peut-être, qui sont certainement, nos propres guetteurs aux frontières du devenir de l’humanité.
 

Gérard Blua


« Toujours
dans le sillage originel
fureur des épines sous la clarté
on a planté des écriteaux à tous les carrefours
Dieu est mis en graffiti »

Chabane Ouahioune