Description de l'œuvre

de

Rocio Gonzalez
Natalia Toledo

Traduction : Denys Bélanger et Bernard Pozier

Les Écrits des Forges font paraître, en coédition avec Le Temps des Cerises, un recueil de poèmes réunissant les œuvres de deux jeunes poètes mexicaines : Lunaverses, de Rocio Gonzalez, et Femmes d’or, de Natalia Toledo. Les poèmes ont été traduit en français par Denys Bélanger et Bernard Pozier.

L’amour et la douleur traversent la poésie de Rocio Gonzalez : un amour qui prend des allures intimistes, qui se situe hors du monde, pour souligner la perte et présenter la douleur et la mort comme incompréhensibles. Car il est devenu étrange, cet univers extérieur où « je dis ton nom comme une tautologie qui se transforme peu à peu en oraison », confie la poète.

L’amour est aussi le fil conducteur de la poésie de Natalia Toledo qui offre aux lecteurs, sous les aspects du souvenir et de l’enfance, des portraits de femmes qu’a connues la poète.

Femmes d’or, est constitué d’un ensemble de poèmes offrant une galerie de personnages féminins habitant d’abord et avant tout la mémoire de l’auteure. À travers ces personnages revivent l’enfance et le village natal de Toledo, pour qui écrire, c’est d’abord le plaisir de raconter : « N’attends rien de qui que ce soit. / Tout ce que tu peux apprécier et aimer sur cette terre est à l’intérieur de toi. »

Le lecteur prendra plaisir à trouver tout ce qui relie ces deux œuvres écrites par des femmes qui partagent un même univers poétique, mais aussi personnel.

La préface, écrite par Bernard Pozier, donnera quelques indications pertinentes et justes autant sur les poèmes que sur leurs auteures.


« Sous un ciel sans dieux,
j’exécute la danse de l’eau.
Tu es le serpent qui se meut
dans mon pelage. »

Rocio Gonzalez
 

« Il y a des jours
où je me lève belle
et il ne m’est pas possible
d’agir le visage illuminé »

Natalia Toledo