Description de l'œuvre

 

Poursuivant la réédition de l’intégrale des œuvres poétiques de Gatien Lapointe, co-fondateur des Écrits des Forges en 1971, l’éditeur trifluvien est fier d’offrir aujourd’hui Arbre-radar, d’abord paru en 1980, grâce à la complicité de Gaston Miron aux éditions de l’Hexagone.

Dans son introduction au poème, Bernard Pozier, directeur littéraire des Écrits des Forges et spécialiste de l’œuvre de Gatien Lapointe, présente ce recueil comme le plus audacieux de son auteur :  «Le poète remonte au magma pré-originel, dans une sorte d’avant-monde et d’avant-son (…), où les matières en formation s’offrent encore à tous les possibles mélanges et à toutes les métamorphoses imaginables. »

Long et dense poème divisé en neuf livres, Arbre-radar est un magma de rythmes et d’images qui font sons et sens dans le but de traverser les conventions linguistiques et stylistique et faire jaillir dans les multiples déplacements des à priori langagiers, des émotions neuves nées d’une langue en constant renouvellement. Les images centrales de la genèse du monde, des origines de l’univers, soutiennent des envolées comme si elles se faisaient au fur et à mesure de la création et de l’évolution mêmes du poème, intiment liés en une sorte d’explosion vitale «dans les clartés dissonantes du mot, jusqu’à l’éclair – les migrations les métamorphoses la très haute naissance -  braise d’une éclipse de chair dans la chair ».

Si Gatien Lapointe (1931 – 1983) fut surtout connu comme l’un des poètes de la poésie du pays, grâce à son immense Ode au Saint-Laurent, paru en 1963 (réédité aux Écrits des Forges en 2007), le poète n’a jamais cessé d’évoluer, de se remettre en question, de réévaluer ses recherches et de se confronter aux nouvelles tendances de la poésie contemporaine.Arbre-radar en est la preuve éclatante.

« arrachant le mot de l’émotion et le son
du frisson — corps en gage du langa-
ge — on de je — polyphonique
ouvre œuvre qui dévore, désormais O
sans mort, danse, danse »